Séminaire : Les matériaux, ressources constructives en architecture

Premier séminaire du cycle : Entre ressources et écologie, l’architecture en question. Méthodes, mises en œuvre, formes produites

Lundi et mardi 20 & 21 Juin 2022 à
L’Ecole Nationale Supérieur d’Architecture de Normandie

Le caractère local et variable de la plupart des ressources écologiques (naturelles peu transformées ou de récupération), leurs propriétés hygroscopiques et la fragilité des filières apportent des dimensions tout-à- fait essentielles dans le processus de projet et dans les manières d’étudier ces matériaux.
Les questions qui se posent sont nombreuses et bien que certaines aient pu déjà se poser pour d’autres matériaux à d’autres périodes de transition, les méthodologies de recherche ont peu été validées, formalisées, et paraissent aujourd’hui décalées par rapport à l’ouverture épistémologique de ces quinze dernières années. Il s’agit aujourd’hui de faire un point sur les différentes manières d’aborder ces questions, dans l’objectif d’en initier une sorte d’inventaire.

Programme détaillé

Anatomies d’architecture

Conférence de Mathis Rager, d’Emmanuel Stern et de Raphaël Walther.

Mardi 7 juin à 13h, amphithéâtre Jean Duminy, ENSA Normandie, 27 rue Lucien Fromage.

Mathis Rager, Emmanuel Stern et Raphaël Walther, architectes de la coopérative Anatomies d’Architecture expérimentent au château Costil (Sap-en-Auge, 61) une architecture bioclimatique, réversible et construite à partir de ressources naturelles renouvelables locales ou de réemploi. Après avoir fait le tour de France des maisons écologiques, leur collectif est scellé sur la volonté d’expérimenter une architecture ancrée dans les territoires, nourrie de savoir-faire locaux. Cette conférence / table ronde éclairera leur parcours de jeunes architectes, leur engagement et leur pratique professionnelle.

!MPACT, édition 2022

Le concours étudiant de l’architecture sobre et engagée.

Mardi 17 mai à 13h, amphithéâtre Jean Duminy, ENSA Normandie, 27 rue Lucien Fromage. Une initiative de Karibati, présenté par Théo Vinceslas.

Les six premières éditions du Concours national étudiant d’architecture !MPACT ont montré l’intérêt grandissant des étudiants pour le sujet des matériaux biosourcés et plus généralement des matières frugales (peu transformées et locales). Depuis 2015, le concours a mobilisé plus de 1500 étudiants, et nous recevons chaque année des projets de grande qualité. Nous sommes donc convaincus de la volonté des étudiants de s’engager sur ces questions, particulièrement dans un contexte où la crise environnementale se fait de plus en plus ressentir, et de la nécessité de leur proposer un format leur permettant d’imaginer des projets en phase avec les grands enjeux de notre époque.

Nous lançons donc la 7è édition du concours !

Ce concours s’adresse aux étudiants en école d’architecture et a pour ambition de sensibiliser et de familiariser les prescripteurs de demain à une autre façon de construire, en réponse aux enjeux du réchauffement climatique et de l’épuisement des ressources naturelles.

Conférence de Sébastien Moriset

Leçons du patrimoine vernaculaire pour une architecture durable.

Vendredi 27 mai 2022 14h, ENSA Normandie, 27 rue Lucien Fromage à Darnétal.

Le programme de recherche VerSus, “from Vernacular to Sustainable” est une initiative développée par cinq universités européennes entre 2012 à 2014 et qui entame une nouvelle phase en 2021-2022. VerSus propose des outils pour extraire de l’architecture vernaculaire les leçons que nous pouvons suivre pour concevoir une architecture contemporaine durable. L’intervention exposera les 15 principes environnementaux, socio-culturels et socio-économiques qui structurent ces outils et présentera des exemples d’application pour différents usagers, parmi lesquels les étudiants et enseignants en architecture.

Sébastien Moriset, architecte, poursuit depuis 1993 des activités d’enseignement et de recherche appliquée sur les questions de gestion et de la conservation du patrimoine, nourries par des projets menés dans 43 pays. Il est notamment enseignant au DSA Architecture de terre, cultures constructives et développement durable à l’ENSA de Grenoble.

Appel à contribution

Cycle de séminaires Ressources et écologie, l’architecture en question

Nous avons le plaisir de vous solliciter pour soumettre une proposition de contribution au premier séminaire d’un cycle de trois que nous organisons en juin à l’école de Normandie.

Les trois piliers de la chaire « Ressources naturelles renouvelables, Climat et Architecture », les ressources matérielles, climatiques, et bâties, sont au centre de ce cycle de séminaires, qui vise à préciser le positionnement scientifique et pédagogique des travaux menés sur ces thèmes, au sein des débats nationaux les plus récents autour de la transition écologique qui traverse le champ de l’architecture et de l’ingénierie. Le but est d’interroger l’évolution des méthodes d’intégration de ces trois ressources en architecture vers une écologie constructive.

Faisant l’hypothèse que les méthodologies sont spécifiques à chaque catégorie de ressources, ce chantier scientifique est organisé en trois séminaires indépendants et complémentaires :

Le détail de l’appel, incluant la description du cycle et les modalités de l’appel est ici.

Archi-adapt : adaptation atténuante au changement climatique

Le projet Archi-adapt est retenu par la Métropole Rouen Normandie!

L’objectif du projet est de fournir de la connaissance indispensable pour construire une stratégie d’intervention sur le bâti de la Métropole qui viserait l’adaptation du bâti au changement climatique et sa contribution à son atténuation. Il s’agit d’une part de mieux connaître les caractères de cette architecture notamment en matière d’émissions de gaz à effet de serre et de vulnérabilité aux canicules et à la sécheresse, selon ses différentes typologies ; et d’autre part de concevoir et d’évaluer des scénarios d’intervention qui intègrent les éco-matériaux issus des filières locales, qu’il s’agisse de matériaux biosourcés, géosourcés ou de recyclage.
Ce projet s’inscrit dans la suite du travail de rédaction de la fiche de synthèse à destination du GIEC local sur la conséquence pour l’architecture des changements climatiques à venir, et dans le cadre de la chaire partenariale d’enseignement et de recherche « Ressources naturelles renouvelables, climat et architecture », labellisée par le Ministère de la culture.

Les actions prévues s’organisent en trois axes :
1/ Inventaire, caractérisation, géolocalisation du bâti métropolitain. La méthode et le résultat dépendront de l’ampleur, la nature et la structuration des données déjà disponibles.
2/ Exploitation des données recueillies pour la classification, l’extraction de corpus représentatifs et évaluation de la vulnérabilité
3/ La conception d’interventions types, leur évaluation écologique, technique, économique et sociale de différentes postures stratégiques

Ce projet, qui a sa propre autonomie, fournira matière à une thèse en architecture qui l’accompagnera en testant le caractère opérationnel des données et prolongera ses conclusions pour mieux évaluer l‘impact des interventions en matière de cadre de vie.

Projet de thèse en contrat CIFRE avec Habitat 76

Le projet de thèse sous contrat CIFRE avec Habitat 76 a été retenu par l’ANRT. La future doctorante, Chloé Lenormand, débutera son doctorat en février 2022.

Cette recherche a pour objectif de contribuer à l’élaboration de stratégies architecturales pour les projets d’intervention sur l’existant inscrites dans la préoccupation environnementale. Il prend pour hypothèse que le projet de rénovation est aujourd’hui le lieu le plus adéquat pour développer les nouvelles idées en architecture, qui soient l’expression d’une société à la fois responsable vis-à-vis de l’environnement, enthousiaste et innovante.
Il s’agit plus particulièrement d’étudier comment l’architecte peut se saisir du concept d’énergie positive/carbone négatif de la future réglementation pour lui donner un sens architectural et non seulement technique, pour le mettre en rapport avec les autres enjeux du développement durable tels que l’économie locale et circulaire ou la limitation des déchets, pour le transformer en générateur d’idées de nouvelles matérialités.
Plus précisément, nous examinerons le potentiel des éco-matériaux, c’est-à-dire de matériaux dont la mise en œuvre limite l’émission de gaz à effet de serre, l’énergie grise, et la production de déchets, de matériaux issus du réemploi ou renouvelables, et dont la production stimule l’économie territoriale. On s’intéressera prioritairement aux matériaux biosourcés, mais également à ceux avec lesquels ils peuvent constituer un système cohérent.

La situation de projet utilisée pour donner corps à la réflexion théorique, pour générer les concepts architecturaux, puis évaluer leur potentiel en matière d’expression, d’ambiance et d’efficacité, est celle de la rénovation du logement individuel géré par les offices publics de l’habitat. En effet cette catégorie n’a été que peu étudiée jusqu’à présent, alors qu’elle forme un corpus important, pose des questions spécifiques et que les résultats obtenus pourraient être transférés à un très grand nombre de logements privés. C’est aujourd’hui la catégorie à laquelle s’intéresse plus particulièrement l’office public de l’habitat Habitat 76, premier bailleur social de Normandie, et partenaire de cette thèse. L’objectif est de nourrir le processus de révision du Plan Stratégique de Patrimoine de l’Office pour la période 2027-2036.
Habitat 76 possède une base de données informatisée très complète sur l’ensemble de son parc immobilier, et ce travail aura également pour objectif de proposer une méthodologie d’exploitation de cette base en vue d’établir des catégories de stratégies d’intervention fondées sur une combinaison de critères qui aillent au-delà d’une simple typo-morphologie historique.

FOCUS 02_Chaume

séléction de Carole Lemans
doctorat sur le potentiel de l’architecture contemporaine de chaume et de roseau

_Définition

  1. Étymologie et polysémie
    Par chaume, nous désignons le matériau de couverture qui résulte d’un savoir-faire spécifique. Ce terme est paradoxalement plus connu par son holonyme, la chaumière. L’habitation tire son nom de la matière première, car l’appellation polysémique chaume, du grec calamus désigne de fait, une diversité de tiges creuses de la famille des graminées. Toutefois, la majorité des couvertures sont aujourd’hui réalisées en roseau commun.
  2. Présentation du savoir-faire
    Le principe d’une couverture de chaume s’illustre par le recouvrement d’une première rangée de tiges, accrochées à la charpente, par une seconde rangée protégeant les accroches de la première. Ainsi, la réalisation d’une couverture de chaume s’exécute toujours du bas vers le haut. En son sommet, le faitage se décline en différentes techniques. On retrouve les iris plantés très populaires, mais aussi le béton de ciment, de terre, de chaux ou encore la tuile faitière.

Continuer la lecture de FOCUS 02_Chaume

FOCUS 01_Bauge

sélection de Raphaël Rattier
doctorat sur la conception en bauge contemporaine

_Définition

La bauge désigne une technique de construction consistant à empiler des mottes ou boules constituées d’un mélange plastique de terre (comme de la pâte à modeler), parfois amendé de fibres végétales. Les ouvrages ainsi formés sont monolithiques et peuvent porter d’autres éléments de construction. Présente en Asie, Afrique, Amérique Latine, Europe et particulièrement en Normandie, la bauge est une technique vivante, vernaculaire et ancienne. Aujourd’hui porteuse de réponses aux problématiques environnementales, elle fait l’objet d’innovations visant à l’adapter aux méthodes de construction contemporaines.

Continuer la lecture de FOCUS 01_Bauge