L’Existant (AAC)

Entre ressources et écologie,

l’architecture en questionMéthodes, mises en œuvre, formes produites

Cycle de séminaires en trois parties de La chaire « Ressources naturelles renouvelables, Climat et Architecture »

Rappel du contexte général du cycle

Les trois piliers de la chaire « Ressources naturelles renouvelables, Climat et Architecture », les ressources matérielles, climatiques, et bâties, sont au centre de ce cycle de séminaires, qui vise à préciser le positionnement scientifique et pédagogique des travaux menés sur ces thèmes, au sein des débats nationaux les plus récents autour de la transition écologique qui traverse le champ de l’architecture et de l’ingénierie. Le but est d’interroger l’évolution des méthodes d’intégration de ces trois ressources en architecture vers une écologie constructive.

En effet, la ressource aujourd’hui ne peut plus être considérée comme une denrée de consommation, dont l’exploitation n’a que la rentabilité économique comme limite. On cherche ici à développer un nouveau rapport à ces ressources, qui participe d’une relation bilatérale avec notre environnement. Ceci est de nature à modifier en profondeur les processus de projet, qu’il s’agit d’étudier selon des méthodes de recherche également à repenser.

Bien que de nombreux travaux se soient déjà interrogés sur la manière de « penser l’architecture par la ressource », en revanche peu incluent dans ce concept le climat et le bâti existant, trop souvent considérés respectivement comme des aléas dont il faut se protéger et comme une contrainte à gérer. Il s’agit ici au contraire d’en faire des alliés.

Dans une dynamique bi-disciplinaire entre architecture et ingénierie, mais ouverte à la diversité des perspectives, les chercheur.e.s professionnel.le.s et académiques sont invité.e.s à présenter l’évolution de techniques et méthodes appliquées et/ou analysées dans leurs travaux, et à susciter l’échange autour de la problématique d’intégration de ces trois formes de ressources en architecture. Il s’agit de rendre compte, au fil des séminaires, de la pluralité des méthodes mobilisées et développées actuellement, de croiser les différents regards et disciplines, de faire naître des synergies – en matière de corpus, de méthodes et d’outils – entre pédagogie, recherche et profession, conformément à la mission de la chaire.

Les résultats de ce cycle seront valorisés sous deux formes de publication :

  • Vidéos : les communications et les séances de débat filmées seront publiées sur le site de la chaire en libre accès, en espérant cibler aussi bien l’ensemble des acteurs et des actrices impliqué∙e∙s dans des démarches de transition écologique, que les étudiant∙es des écoles d’architecture et d’ingénieurs.
  • Éditoriale : Les articles rédigés issus des différentes communications présentées lors de chaque séminaire seront sélectionnés, expertisés et validés par un comité scientifique, puis réunis dans un ouvrage collectif conservant les traces de la discussion.

Faisant l’hypothèse que les méthodologies sont spécifiques à chaque catégorie de ressources, ce chantier scientifique est organisé en trois séminaires indépendants et complémentaires :

3ème séminaire/3 :

L’Existant , l’architecture comme ressource

Résumé :

Les bâtiments existants – petits ou grands, ordinaires ou classés, savants ou vernaculaires – sont des composants essentiellement prégnants de l’environnement, qui le qualifient et nous en protège, qui le modifient durablement. Ces édifices sont précieux à plusieurs titres. En les construisant, les femmes et les hommes y ont injecté leur intelligence, leur labeur, leurs valeurs. Leur édification a pollué et consommé des ressources prises sur la nature. En les habitant, nous les avons chargé d’émotions, de mémoire, de repères.

Cet appel à contribution prend au sérieux le projet de satisfaire les besoins d’architecture d’aujourd’hui et de demain sans détruire ni construire de nouveaux édifices – tant qu’il en reste des vacants – avec l’hypothèse qu’entretenir, adapter et réutiliser l’existant constituent des alternatives vertueuses. Ce paradigme implique de repenser ce qu’est l’architecture aussi bien en tant qu’activité qu’en tant qu’œuvre et oblige à refonder le modèle économique du secteur de la construction, à revoir les manières d’évaluer la valeur d’un édifice et les impacts environnementaux de sa transformation, à reformuler les critères de qualité architecturale et environnementale ainsi que les réglementations associées, mais aussi à former autrement tous les acteurs du cadre bâti.

Face à de tels défis, nous avons besoin de récits stimulants et enthousiasmants, mais aussi de raisons solides pour étayer l’intérêt et la faisabilité d’une telle révolution, autant que pour anticiper les difficultés à surmonter.

  • L’un des plus grand obstacles est constitué par le modèle économique fondé sur la valorisation du foncier et non du déjà bâti. La loi « zéro artificialisation nette » doit s’accompagner d’une loi « zéro destruction », à crédibiliser par une meilleure connaissance de l’état de l’existant, son taux de vacance et ses potentiels – y compris à générer de la richesse (économique, sociale, culturelle).
  • Exploiter chaque édifice existant implique souvent d’améliorer le confort et les performances. Mais cette amélioration doit être accompagnée d’une réduction globale des impacts sur l’environnement. L’architecture peut-elle faire mieux que la rénovation thermique pour lutter contre l’effet rebond ? Peut-elle nous faire redécouvrir la saveur d’ambiances différenciées, donner goût à la sobriété ?
  • Les édifices ne sont pas simplement des gisements. Il s’agit d’une ressource intelligente en quelque sorte, pour peu que l’on redécouvre les qualités spécifiques de leurs architectures et leurs cohérences avec leurs contextes originels. Or les réglementations thermiques ou sismiques – adaptées au neuf – ignorent ces subtilités. Faudrait-il en formuler de nouvelles, sur la base de quels modèles physiques et/ou de quelles méthodes de diagnostique ?
  • La reconnaissance et l’exploitation des qualités intrinsèques de chaque édifice conduirait à minimiser le coût écologique d’une intervention. Mais comment s’en assurer ? Les méthodes actuelles d’évaluation par l’analyse de cycle de vie sont-elles pertinentes ? Permettent-elles la comparaison avec le neuf ? Comment peuvent-elles gérer le continuum depuis la déconstruction totale ou partielle avec réutilisation des éléments, jusqu’aux remplacements ou ajouts associés à l’entretien courant ?
  • Le changement climatique oblige à protéger les habitants autant que les édifices et ceci de manière urgente. Par ailleurs, l’existant se voit attribuer de nouvelles valeurs, associées pour partie à l’énergie et aux émissions de gaz à effet de serre impliqués dans son édification. Ces nouveaux regards sont-ils susceptibles d’impacter les doctrines en matière de patrimoine et de déplacer les lignes conflictuelles ?
  • La formation doit nécessairement évoluer pour porter ce nouveau paradigme, pour que la construction neuve ne soit plus considérée que comme un domaine d’étude anecdotique, voire réservé aux incompétents. Il n’est sans doute aucun champ disciplinaire des écoles d’architecture ou d’ingénieur – pour ne prendre que ces exemples – qui ne devrait être repensé pour mieux saisir l’existant dans sa complexité matérielle, sociale, culturelle. Que peut-on déjà apprendre des expérimentations pédagogiques récentes ?

MODALITÉS DE CONTRIBUTION

Les propositions sont à envoyer (en anglais ou français) avant le 20 avril 2024 sous forme d’un résumé de 400 mots maximum, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique à l’adresse suivante : chaire.rca@rouen.archi.fr.

Les contributions seront retenues sur la base de la qualité du résumé et de la pertinence vis-à-vis du sujet. La confirmation de présentation orale lors du séminaire est conditionnée par la réception dans les délais (20 juillet) du texte (entre 20 000 et 30 000 signes espaces inclus) tel que destiné à être publié dans les actes.

CALENDRIER

20 février 2024 : diffusion de l’appel à communication

20 avril 2024 : clôture de l’appel (envoi des résumés)

27 avril 2024 : sélection des propositions (sous réserve de réception de l’article le 20 juillet)

20 juillet 2024 : date limite de réception de l’article

03 & 04 octobre 2024 : déroulement du séminaire à l’ENSA Normandie

15 octobre 2024 : retour d’expertise des articles par le comité (évaluation des articles)

15 décembre 2024 : réception des articles corrigés

COMITE D’ORGANISATION

Noura ARAB, docteure en Architecture, MCF STA-CIMA, ATE, ENSA Normandie .

François FLEURY, HDR, professeur STA-CIMA, ATE, ENSA Normandie.

COMITE SCIENTIFIQUE

  • Noura ARAB, docteure en Architecture, MCF STA-CIMA, ATE, ENSA Normandie.
  • Isabel CONCHEIRO,Professeure HES, TRANSFORM, HEIA-FR.
  • Anne COSTE, HDR, Professeure HCA, AE&CC, ENSA Grenoble.
  • François FLEURY, HDR, Professeur STA-CIMA, ATE, ENSA Normandie.
  • Isabelle FORTUNÉ, docteure en Génie-Civil, MCF STA-CIMA, LRA, ENSA Toulouse.
  • Antonella MASTRORILLI, HDR, Professeure STA-CIMA, LACTH, ENSAP Lille.
  • Rémi PAPILLAULT,HDR, Professeur TPCAU, LRA, ENSA Toulouse.(à confirmer)
  • Vincent VESCHAMBRE, HDR, conservateur en chef du patrimoine, EVS-LAURE, LERIZE.